La Chine;risque ou chance pour l'Union Européenne ?

Publié le par liger

Depuis plus d'un mois, la Chine est au premier plan de l'actualité, affaire du Tibet, puis tremblement de terre. J'ai été frappé de la façon dont l'information ralative au Tibet a été donnée ou non donnée, ou plutôt donnée de façon sélective. qui a retenu la façon dont les évènements du Tibet ont commencé ? Qui s'est interrogé sur la réalité de "reporter sans frontière" ? Qui s'est interrogé sur les financements de cette association ? Qui peut, en toute connaissance de cause, admirer sans réserves le mode vie tibétain ?  Une cste de moines vivant de la charité publique, à laquelle on ne peut se soustraire, y compris dans cette parftie du Tibet qui fut toujours rattaché à la Chine et dont la capitale religieuse est Xiao ?
J'y suis allé. J'ai vu pendant quelques jours vivre ces moines dont certains étaient étudiants à la faculté d'astrologie de l'université boudhique... Je suis très libéral en matière de religion. je suis moi-même catholique et j'admirais la
relative similitude de comportement entre le Dalaï Lama et Gandhi. Je ne peux pas défendre la société tibétaine. Le peuple tibétain a sans doute plus à gagner avec la République Populaire de Chine qu'avec le retour d'une théocratie.
Mais les propos tenus tant dans les média que dans de multiples échanges privés montrent que les occdentaux n'ont pas de la réalité chinoise une idée bien claire, d'autant que les USA diffuse, de la Chine, l'image qui leur convient, tantôt celle d'un grand pays s'efforçant de recréer dans ses frontières une société libérale à l'américaine, tantôt un monstre menaçant contre lequel pourrait s'imposer une frappe préventive.
C'est l'ensemble de raisons pour lequel j'ai pensé utile de diffuser au moins deux fiches RPC 42 et 43 qqui apportent des éléments de réflexion sur ce monde complexe.
La première, et je suis bien conscient d'avoir pris un risque auprès de ceux qui ne voudront voir dans ces textes que de la publicité, disons communiste pour simplifier, présentera un certain nombre d'idées et de faits extraits du discours du premier ministre chinois au 11 ième congrés du parlement, début 2007. Mais peut-on connaitre autrement ce qui se passe dans la Chine officielle ? On verra d'ailleurs que ce rapport décrit  clairement un certain nombre de points faibles du pays. On verra aussi que les proccupations  du gouvernement chinois concernent plus l'évolution du monde agraire  peu touché par l'extraordinaire développement que nous connaissons.
Ce rapport a aussi l'intérêt de proposer de façon particulièrement claire une définition d'un système économico-politique de la Chine, qu'ils appellent "économie socialiste de marché" ,caractérisée par la place de l'Etat qui définit les objectifs et gére un vaste dispositif de contrôle macro-économique, et celle d'un marché libre de réaliser comme il l'entend, y compris en enrichissat ses acteurs, les objectifs fixés par l'Etat.
On ne peut s'empêcher  de rapprocher cette conception des conceptions de l'économie de la régulation, et d'y trouver une définition de cette économie sociale de marché dont les socialises français dédendaient et défendent peut-être toujours, le principe.

Publié dans chine

Commenter cet article