RPC20 - De Camdessus à Sarkozy

Publié le par liger

« REPERES POUR COMPRENDRE L’ECONOMIE »

( Envoi N°20 – décembre 2004 )


,

De CAMDESSUS à SARKOZY,

L’ultra-libéralisme en habits de moine !



Je ne vais pas aujourd’hui ouvrir le dossier Sarkozy, si ce n‘est pour souligner la parenté idéologique de Michel Camdessus et Nicolas Sarkozy, l’un et l’autre ultra-libéraux, intellectuellement alignés sur les républicains des Etats-Unis, recourant comme eux à des arguments de type religieux pour justifier leurs projets. RPC20 n’a qu’un seul objectif, répondre à la question « Qui est Michel Camdessus ? », l’homme qui se présente, après la publication d’un rapport, « Le sursaut, Vers une nouvelle croissance pour la France », qui vient de défrayer la chronique. Il se positionne comme l’inspirateur de la doctrine économique de Sarkozy.

1- Données biographiques.

Michel Campdessus est né le premier mai 1933, à Bayonne. Il est diplômé d’études Supérieures de Sciences Economiques et Politiques, à Paris. Il entre ensuite à l’Ecole Nationale d’Administration. Il en sort Administrateur des finances. De 1966 à 1970, il est affecté comme attaché financier à la représentation française permanente de la France auprès de la Commission Européenne. Il rentre en au Trésor, comme sous-directeur, en 1971. Il en devient directeur en 1982. En 1984, il prend la présidence du Club de Paris et celui du comité monétaire de la CEE. En 1984, il entre à la Banque de France comme Sous-Directeur, puis Directeur. En janvier 1987, il est désigné comme Directeur Général du FMI, poste qu’il conservera jusqu’en 2000.

Depuis 2000, il a retrouvé, en France, une position de confiance : Il prend la Présidence du centre d’Etudes et de Prospective(CEPII). Chirac en fait son représentant personnel au NEPAD ( Nex Partnership of Africa Development), groupe qui dans le cadre du G8, préparait le « sommet » d’Evian, du 3 juin 2003. Plus récemment, Sarkozy lui a passé commande du rapport qui vient d’être publié sous le titre « Le sursaut - vers une nouvelle croissance pour la France ». Il avait récemment publié, avec Jean Boissonnat et Michel Albert un ouvrage intitulé « Pour une mondialisation à visage humain, vingt utopies à réalisation vérifiable ». Dommage qu’il ne les ait pas concrétisées lorsqu’il était Directeur Général du FMI ! Dans le même temps, il devenait Président des Semaines Sociales de France et membre d’une instance pontificale traitant elle aussi d’économie. On ne peut ici que regretter l’habillage évangélique des conceptions économiques libérales, voire ultra libérales du FMI, dont Michel Camdessus est porteur, à la façon dont G.Bush habille sa guerre d’agression en Irak. A ce point de vue la désignation de Michel Camdessus comme Président des Semaines Sociales de France relève, pourrait-on dire, de la provocation.







2- Michel Camdessus comme Directeur général du Fonds Monétaire International,

Le Fonds Monétaire International (FMI) a été créé le 22 juillet 1944, à la suite de la conférence de Bretton Woods (USA) qui avait pour but de traiter des affaires financières internationales au lendemain de la seconde guerre mondiale. Les statuts ont été signés le 27 décembre 1945 par les trente-neuf pays fondateurs. Il réunit les banque centrales des pays membres, chaque pays apportant une contribution en or ou en devises nationales, proportionnée à sa richesse. Le FMI effectue des prêts aux pays membres. Les décisions du FMI ouvrent la porte à d’autres financeurs possibles, et d’abord à la Banque Mondiale, sous réserve que les demandeurs soient adhérents du FMI.

21 - Les objectifs fondamentaux du fonds sont les suivants :

- Coordination Monétaire internationale,
- Favoriser l’expansion et la croissance équilibrée des échanges internationaux, pour maintenir un niveau élevé d’emplois et de revenus chez ses membres,
- Aider ses membres à équilibrer durablement leurs balances des paiements,
- Promouvoir un régime d’échanges et de paiements libéral.

22 - Les droits de vote sont répartis de la façon suivante, 250 droits pour chaque adhérent auquel s’ajoute un nombre de droits proportionnel aux apports. Les USA disposent de 19,90 % des droits, le Royaume Uni de 6,96, l’Allemagne de 5,15, la France de 4,59, le Japon de 3,98…En fait, la volonté des USA l’emporte toujours car les décisions importantes requièrent une majorit&eacu

Publié dans economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article