RPC30 - Le CPE, historique, contenu, comparaison...

Publié le par liger



DEBAT

« REPERES POUR COMPRENDRE L’ECONOMIE »

(Envoi N°30 – avril 2006)





Le CPE :

Historique, contenu, analyse et comparaisons

La question du CPE est juridiquement close. Le premier ministre n’avait pas voulu consulter les partenaires sociaux avant de prendre la décision de créer le CPE. Les manifestations l’ont contraint de s’en remettre aux élus du Parti majoritaire, l’UMP, pour ouvrir une porte de sortie. Le CPE l’a prise. De Villepin demeure à son poste. D’aucuns s’interrogent. Comment peut-on survivre à une telle épreuve ?

La réponse est assez simple. Une grande partie des leaders de la droite française savent qu’ils peuvent perdre les élections de 2007, encore que rien ne soit joué car Le Pen pourrait bien, à nouveau, créer la surprise si les grands partis continuent à se comporter comme ils se comportent aujourd’hui. Pour les conservateurs, libéraux de toutes obédiences, une seule chose compte donc, accumuler des dispositions nouvelles qui permettent au pays d’avancer davantage dans la voie d’un libéralisme qu’ils souhaiteraient définitif.

Le « marché » doit, coûte que coûte, continuer de prendre le pouvoir, réduisant chaque jour davantage la place de l’Etat régulateur, et les multiples protections que les citoyens auraient indûment conquises depuis deux siècles. Il faut à cet égard rappeler que le décret « Le Chapelier », ( décret du 14 juin 1791), avait exclu l’Etat et toutes les formes d’associations, de syndicats…de la vie économique. Il faudra près d’un siècle après la révolution de 1789 pour que les citoyens retrouvent le droit de s’associer et de se syndiquer. Il faudra un bon siècle aux socialistes de toutes catégories dont Proudhon et Marx pour que les méfaits du libéralisme soient mis en cause et que des systèmes alternatifs apparaissent avec le relatif succès/insuccès que l’on sait.

Ils existent encore et se développent, sous des formes diverses, en Chine, en Amérique du Sud, en Europe du nord. Il en reste quelque chose encore dans les pays d’Europe occidentale ….C’est la raison de la précipitation des libéraux de notre époque qui veulent consolider un libéralisme qui n’en peut plus, voire à cet égard les difficultés rencontrées par les USA, celles du FMI et de l’OMC, les échecs du libéralisme en France, avec le succès du non au référendum du 29 mai 2005 et les divers mouvements sociaux de l’automne 2005 et de 2006, suivis avec attention par beaucoup d’organisations européennes. La disparition du CPE doit donc être replacée dans la perspective de cette évolution qui voit notre pays refuser de façon constante un libéralisme sans contrôle, un libéralisme non régulé par l’Etat et, d’une façon générale, par la collectivité, de l’Europe à l’association de quartier. Nous vivons sans doute la fin du règne triomphant du libéralisme. Les réactions de défense de ceux qui en profitent peuvent être dangereuses et provoquer encore un certain nombre de catastrophes ( par exemple un conflit avec l’Iran). De Villepin et Sarkozy se sont faits héros de ce système libéral déclinant. On peut penser qu’ils n’abandonneront pas facilement le terrain.

Il n’est donc pas inintéressant que chacun puisse un jour se référer au dossier du CPE. D’où la présente diffusion. Si la méthode était mauvaise et le projet insupportable, les problèmes auxquels on voulait porter remède subsistent, qu’il s’agisse de l’entrée sur le marché du travail des jeunes sans qualification ou de la complexité du Code du Travail, complexité telle que le Premier Ministre lui-même n’avait pas vu que son Contrat Nouvel Embauche était incompatible avec les conventions signées par la France avec l’Organisation Internationale du Travail (OIT) !!!

Cliquer sur « tout savoir sur le CPE » ci dessous…



Ce texte décrit complètement le projet, les points sur lequel il présente un intérêt, les points faibles et les situations comparables dans d’autres pays.

Publié dans economie

Commenter cet article