L'Organisation de Coopération de Shanghaï: Nouvelle puissance ou tigre de papier ?

Publié le par liger

 

L’ORGANISATION DE COOPERATION DE SHANGHAÏ (OCS) :

Nouvelle Puissance ou Tigre de Papier ?

Première Partie : L’émergence.

RPC 50    (avril 2010)

 Qui connait l’Organisation de Coopération de Shanghaï ? Ni la Télévision, ni la Presse, ni nos hommes politiques, n’en parlent jamais.  Ce n’est pas une organisation secrète mais elle reste affaire de spécialistes. Chercher sur internet. La documentation existe, par morceau, souvent sur des sites russes ou chinois. Pourtant cette affaire nous concerne tous. De quoi s’agit-il ? D’une organisation structurée, mais pas à la façon de l’Union Européenne ou de l’OTAN, née progressivement entre 1996 et 2001. Elle regroupe d’abord le cercle des membres fondateurs, Russie, Chine et trois républiques d’Asie Centrale, puis un second cercle, dit des membres observateurs, comprenant l’Inde, le Pakistan, la Mongolie et l’Iran, elle-même candidate au premier cercle. Au total, près de trois milliards de personnes, qui ont, on le verra, de solides raisons de coopérer.

Avec RPC 50 et 51, j’ai voulu apporter un éclairage succinct sur cette organisation, incomplet sans doute, partial diront certains, à compléter, voire amender, certainement. Elles  présentent l’émergence d’une force nouvelle dont on ne peut encore dire s’il ne sera que « tigre de papier », ou, au contraire, puissance incontournable. Avec RPC 50 on examinera les conditions d’émergence de cette organisation, ses buts annoncés et certains aspects du contexte géopolitique. Avec RPC 51, on examinera, pour provoquer la réflexion, trois des grands problèmes que l’OCS aborde déjà ou devrait aborder : la nécessité d’une politique énergétique globale, celle d’une politique coordonnée de l’eau, celle d’une adaptation du système monétaire. Les incidences éventuelles du changement de pouvoir, brutal, au Kirghizstan et  des dernières tentatives des Présidents Obama et Sarkozy pour obtenir des sanctions contre l’Iran ne peuvent être encore évaluées. Il est possible que la Russie ait soutenu le soulèvement  populaire au Kirghizstan pour sanctionner son président d’avoir renouvelé la location de la base de Manas aux USA. La question des sanctions contre l’Iran continue de se heurter à l’inertie, voire au refus de la Russie et de la Chine (voire «Le Monde » du 19 novembre 2009), qui disposent l’une et l’autre, d’un droit de veto au Conseil de Sécurité de l’ONU..

 . 1 – Naissance le l’Organisation de Coopération de Shanghaï (OCS)

          11 – La création. Le Forum de Shanghaï a été créé en 1996 par la Chine et la Russie auxquels s’étaient associés le Kazakhstan, le Kirghizstan et le Tadjikistan. Il s’agissait d’abord de stabiliser les frontières  issues de la période antérieure, et plus spécialement la frontière sino-chinoise, six mille kilomètre le long du fleuve Amour. En 1997, un second accord portait sur la réduction des forces armées aux frontières et sur des mesures de confiance entre forces armées des pays membres. Elle  permet à la Russie de mieux affirmer ses ambitions et, le cas échéant, de mieux suivre la politique de la Chine, en Asie centrale particulièrement.

Les 14 et 15 juin 2001, à l’occasion de l’adhésion à ce Forum de l’Ouzbekistan, les cinq chefs d’Etats concernés, auxquels s’associe le président ouzbek, signent, à Shanghaï, le traité fondant  l’OCS.

En 2002, les six Etats signataires du traité fondateur adoptent une charte, choisissent Pékin comme siège de l’organisation et créent le RATS, structure anti –terroriste régionale dont le siège sera à Tackhent. L’un des problèmes à traiter en priorité est en effet le terrorisme islamiste sunnite qui concerne la Russie (Tchétchènie), la Chine (minorité ouighour du Xinjian) et les républiques d’Asie Centrale. L’intervention occidentale en Afghanistan a permis aux ouzbeks de détruire les bases du mouvement islamique sur leurs frontières.  Cet islamisme sunnite est aussi considéré par l'Iran chiite comme une  menace permanente. A ce stade, l’histoire de l’Iran chiite est étroitement liée à celle de l’OCS. Avant l’ère des mollahs, l’Iran avait adhéré au Pacte de Bagdad prenant  position dans la guerre froide contre l’URSS. Elle acceptait sur son territoire les sociétés pétrolières occidentales. Elle était donc l’alliée des  USA qui lui accordaient un appui militaire important. Ils lui avaient, en particulier, livré des centaines d’avions de combat. Cet appui cessa lorsque l’Iran nationalisa les activités pétrolières, par son premier ministre Mossadegh, en 1951. Le Shah le démet et règne en dictateur, ce qui provoque finalement le coup d’Etat de janvier 1979 et l’arrivée de Khomeini,  le mois suivant. Les occidentaux n’acceptent pas le nouveau régime. Le 22 septembre 1980, l’Irak, avec leur soutien, attaque l’Iran. La guerre, gagnée par l’Irak, très meurtrière, dura dix années. Un an plus tard, les occidentaux attaquent l’Irak ! L’Iran acceptera que les avions irakiens aillent se poser en Iran. En suggérant, en 2010, au président Karzaï de négocier  avec une partie des talibans (Karzaï a été ministre dans le premier gouvernement taliban,  très proche du mollah Omar qui voulait en faire le représentant de l'Afghanistan à l'ONU), les Etats-Unis  signifient donc à l'Iran leur  alliance possible avec ses adversaires sunnites traditionnels.

En 2002, le siège de l’OCS est fixé à Pékin et celui du RATS (organisation anti-terroriste de l’OCS) à Tachkent. L’OCS se présente alors  comme une organisation intergouvernementale de coopération dans les domaines qui ont fait l’objet d’accords. Les Etats conservent leur autonomie pour toutes les questions non explicitement prises en compte par les traités, et, d’abord, en matière diplomatique.  L’OCS respecte les conventions passées entre la Russie et ses ex-républiques, et entre les républiques  d’Asie Centrale. Ceci peut éclairer  l’évolution des rapports entre la Russie, membre de l’OCS, et l’Ukraine ou le Belarus, non (encore) membres de l’OCS mais liés à la Russie, et maintenant à la Chine pour ce qui concerne le Belarus, par un certain nombre d’accords, dans le cadre de la CEI ou non.

Le 7 juillet 2002, signature à Saint-Pétersbourg de la Charte de l'OCS. En novembre de la même année, le président Tadjick, Imomali Rakhmonov, accueille 25000 soldats russes tout en affirmant qu'il est prêt à participer à la guerre contre l'Irak, ce qu'il ne fera  pas.

Le 29 mai 2003, nouvelle réunion des chefs d'Etats. En septembre de la même année, Belarus, Ukraine, Kazakhstan et Russie signent un accord pour la création d'un espace économique commun, ce qui resserre, de fait, les liens entre Belarus, Ukraine et OCS.

Le 15 janvier 2004, l'OCS ouvre à Pékin son secrétariat permanent en présence de représentants d'organisations internationales, dont  l'ONU. Le 17 juin de la même année, les Etats membres réunis à Tachkent acceptent  la Mongolie à titre d'observateur.     

Le 5 juillet 2005, à Astana, capitale du Kazakhstan, ces mêmes Etats acceptent comme nouveaux observateurs , l'Inde, l'Iran et le Pakistan, l'Iran étant, d'ores et déjà, candidate au statut  de membre fondateur.  Le Tadjikistan soutenait cette candidature. Le Kazakhstan s'y opposait. Les nouvelles adhésions au cercle des fondateurs sont aujourd’hui, différées, du fait du conflit latent entre les USA et l’Iran, sans doute. Mais l’OCS étudie la mise en place d’un représentant permanent des « observateurs » qui participerait aux travaux de l’Organisation. A cette même réunion, l’OCS demande à ses membres d’organiser le retrait des bases militaires américaines d’Asie Centrale, notamment des bases de Khanabad et de Manas, au Kirghizistan. Au mois de septembre  de la même année,  le Secrétaire  Général de l'OCS présente la nouvelle  organisation à l'Assemblée Générale de l'ONU.  

Le 15 juin 2006, à Shanghaî,  sixième sommet des chefs d'Etats de l'OCS.

Le 16 août 2007,  à Bichkek, capitale du Kirghizistan,  septième sommet des chefs d'Etats.  A Cette  occasion, l'OCS organise des manœuvres  sur le thème  de l'anti-terrorisme dans les régions de Tcheliabinsk, en Russie, et d'Urumqi dans le Xinjiang. La règle de l'OCS étant que le chef d'Etat qui  reçoit  invite qui il veut, le président kirghiz avait invité  le président afghan, Hamid Karzaï,  le président iranien et son ministre de l’énergie et le ministre indien de l’énergie, certainement  intéressé par l’exportation éventuelle de pétrole et surtout de gaz iranien   vers les Indes.

 

15 et 16 juin 2009, à Iekaterinbourg, A l’occasion de leur sommet annuel, les Etats de l’OCS, dont l’Inde, évoquent la  recherche commune d’une alternative au dollar. Le Brésil avait été invité mais l’OCS avait refusé la participation d’observateurs américains.

 

        12 – Les buts de l’OCS selon ses propres annonces.

- Renforcement de la confiance mutuelle et de la coopération dans presque tous les domaines, notamment, énergie,  transports,  tourisme et environnement. Les pays de l’OCS disposent de 20% des réserves  de pétrole et 38% des réserves de gaz connues. Ces chiffres ne tiennent pas compte des ressources dont dispose l’Iran ! L’un de leur but   est évidemment d’assurer, au plan quantitatif, la fourniture de la demande   chinoise, voire indienne, mais aussi d’assurer la sécurité de leurs approvisionnements. Aujourd’hui, en effet, les pétroliers se rendant en Chine, au départ du Soudan, du Venezuela, du détroit d’Ormuz ou d’Arabie Saoudite, sont sous la surveillance permanente des navires US. Il  semble enfin que la coopération proposée porte aussi sur le domaine nucléaire.

- Sauvegarde de la paix, de la sécurité et  de la stabilité régionale, notamment face aux menées terroristes. La coopération militaire sera largement dirigée vers les mouvements terroristes et séparatistes. Les Etats «observateurs» sont  informés sans participer officiellement (car on ignore  le contenu précis des  échanges). La sécurité et la stabilité sont justement les avantages que l’Iran attendait des USA, assurés du temps du Shah, puis mis à mal par la guerre Iran-Irak.  On comprend que l’Iran soit maintenant candidate à l’entrée dans l’OCS, les USA n'ayant probablement pas renoncé à reprivatiser les sociétés pétrolières iraniennes, sous couvert de démocratisation et de mondialisation.  

- Construction  d’un nouvel ordre politique et économique, international, démocratique et juste : Certes les pays de l’OCS ont une conception de la démocratie qui n’est pas celle  de la notre. Mais aucun Etat occidental n’a jamais eu à gérer plus d’un milliard de personnes. Mais il est très difficile pour les occidentaux d’admettre que leurs modèles ne soient pas nécessairement généralisables, partout et en même temps. La mondialisation libérale n’est certainement pas, aujourd’hui, l’outil qui permettrait aux Etats asiatiques de se  développer harmonieusement, dans l’intérêt de leurs peuples, pas seulement dans celui de leurs banquiers. Ce point qui provoquera probablement des commentaires mériterait d’être approfondi dans une fiche ultérieure.

 

 -  13 – Eléments de contexte 

         -131 - La garantie des frontières. Ce fut le premier des problèmes communs lorsque fut créée, autour de la Russie, la Communauté des Etats Indépendants (la CEI) dont les frontières correspondaient à des constructions parfois artificielles, dans le Caucase, en Moldavie, au Kazakhstan d’ailleurs intégré à l’Union Soviétique dès sa création (1917). Il fallait aussi que Chine et Russie sécurisent leur frontière commune sur le fleuve Amour. Cette garantie   correspondait  aussi à leur désir de limiter   l’impact de  la politique dite de « containment » pratiquée  par les USA à leur égard.  Du temps de la guerre froide, cette politique, essentiellement défensive, consistait à les contenir dans les frontières des blocs  communistes. Depuis la fin de la  guerre froide, elle était devenue plus offensive, politique dite de « roll-back », qui  consistait à prendre pieds, sous différents prétextes, dans les provinces ou  Etats constituant le glacis de la Russie en Asie Centrale, du Kazakhstan à l’Arménie, (c’est la suite des révolutions « aux fleurs » ou  aux « couleurs » sur lesquelles on reviendra),  en pays ouighour, dans le Xinjiang ou au Tibet ,dans le cas de la Chine, voire à Taïwan que l’OCS a certainement placée à l’intérieur des frontières chinoises, réservant à ses hommes d’affaires le soin de procéder à la réunification considérée comme inévitable.

 - 132 - La reconquête par la Russie de ses confins menacés par la pénétration  américaine.

Après la dissolution de l’URSS, les USA ont essayé de détacher de la Russie les Etats de son glacis pour mieux la contrôler et, surtout, sans doute, pour avoir accès aux énormes richesses pétrolières de l’Asie Centrale. Ils ont, à cette fin, tenté d’exploiter le désir d’autonomie des républiques d’Europe de l’Est et d’Asie Centrale en y suscitant des mouvements d’opposition, voire de véritables révolutions.

Novembre 2003, c’est, en Géorgie, la « révolution aux roses ». L’opposition, dite démocrate, conteste le résultat  des élections présidentielles   et contraint le président  Chévardnadzé, ex-Ministre des affaires étrangères de l’URSS, à quitter le pouvoir au  profit du jeune Mikhaïl Saakashvili qui  rentrait des USA où il avait  fait ses études (Université de Columbia) et occupé un premier poste dans une banque new-yorkaise. Il était entré dans le gouvernement Chévardnadzé, en 2000, comme   ministre de la justice. Il s’oppose alors à son gouvernement qu’il doit quitter en 2002. Il crée un parti d’opposition. On n’entrera pas dans le détail de cette « révolution » mais il est très probable que  l’ONG américaine National Endowment for Democraty (NED) dirigée par Madeleine Allbright et le financier américain Georges Soros y jouèrent  un rôle important.  Très rapidement, les nouveaux dirigeants déclarèrent que l’’objectif de la Géorgie était « …d’être membre de la famille européenne, membre de l’alliance euro-atlantique… de garder un partenariat stratégique avec les US »… en   permettant sans  délai à la société BP de  construire un oléoduc de Bakou vers l’Europe.

Octobre 2004, c’est, en  Ukraine, la « révolution orange ». L’opposition conteste les résultats  du premier tour des élections présidentielles. Il s’agissait de remplacer le président Léonid Kouchma, ex- apparatchik du PC d’URSS, qui avait fait approuver par référendum, le premier décembre 1991, l’indépendance du pays. Victor  Louchtchenko, candidat pro-occidental, qui aurait fait l’objet d’une tentative d’empoisonnement à la dioxine, avait obtenu 39,87% des suffrages contre 39,32 à son concurrent pro-russe Viktor Ianoukovytch. Des manifestations de protestations, plusieurs jours durant, éclatent prétextant de fraudes importantes. Les élections sont annulées. De nouvelles élections portent Louchtchenko   à la présidence. Il nomme premier ministre une femme d’affaires, Ioulia Tymochenko qui avait fait ses premières armes en politique avec le président Kouchma. Elle s’oppose rapidement à son président et doit quitter son poste le 8 septembre de la même année. De nouvelles élections législatives ont lieu le 26 mars 2006. Viktor Ianokovsky (pro-russe) l’emporte avec 32,12% des suffrages contre 22,27  au parti que venait de créer Ioula et 13,94% au Parti du président. Pour sortir d’une  situation complexe où cohabiteraient un président très pro-occidental avec un  premier ministre pro-russe, les deux hommes passent un accord qui prévoit notamment que l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN devrait faire l’objet d’un référendum. Ioula refuse cet accord et devient, de facto, leader de l’opposition. Mais l’accord entre le président et son premier ministre ne dure qu’une année. Le 3 août 2007, le président dissout le parlement. Survient « la crise »  qui affecte profondément le pays (PIB en baisse de 15%). Ioula Tymochenko se présente aux élections présidentielles du 7 février 2010. Avec 35% des voix au premier tour, Viktor Ianoukovitch les gagne, le précédent président ne rassemblant que 5% des suffrages. Ioula, redevenue Premier Ministre, introduit un recours contre ce résultat mais, le 3 mars 2010, le parlement censure son gouvernement. Elle  doit partir. C‘est l’aboutissement d’une « révolution orange » avortée d’où sort, vainqueur,  un ami des dirigeants russes.

Février /mars 2005, c’est, au Kirghizistan, la révolution dite « des tulipes ». L’opposition pro-occidentale conteste le résultat des élections présidentielles  des 27 février et 13 mars. Il s’agissait d’élire un président pour succéder à Askar Akaïef en place depuis quinze ans. Le président Akaïef avait été réélu. A Bischkek, la capitale, une opposition très organisée occupe la rue et fait même venir du sud ses partisans, dont des islamistes. Les manifestations sont violentes, pillages, incendies …L’ensemble de  la classe politique prend peur et fait front commun. Elle « désigne» pour la présidence un responsable pro-russe Kourmanbek  Bakiev. Le président Akaïef s’était enfui avec sa famille, par hélicoptère, vers le Kazakhstan, puis Moscou où il signe sa démission, le 4 avril. Au mois de juillet, nouvelle élection présidentielle gagnée par Bakiev. Par la suite, le Kirghizistan louera à  la coalition occidentale, en Afghanistan, au prix fort, l’aérodrome de Manas, et sous condition d’une aide financière au développement.

Le Tadjikistan connait aussi une tentative de révolution (non baptisée). Le 9 septembre 1991, le président  du parlement, Quadriddin Aslano avait fait proclamer l’indépendance après avoir   interdit le parti communiste. Dès le 29 septembre, il est renversé par un dirigeant pro-russe Rakmon Nabiev qui  est  élu à la présidence. Eclate alors une guerre civile qui fit 50 000 morts. Une coalition hétéroclite de libéraux et d’islamistes cherche à prendre le pouvoir. Elle capture même, en septembre 1992, le président Nabiev. Il est remplacé par un de ses amis, Emomali Akmon, président du parlement. En 1997, une paix  est négociée sous l’égide de l’ONU et de la Russie. En 2002, le président Imomali Rakhmonov qui venait d’accueillir 25 000 soldats russes déclare qu’il collaborerait avec les USA en cas de guerre contre l’Irak, ce qui inquiète la Russie. Aux élections présidentielles qui suivent, Rakmon Nabiev est élu puis réélu, en 2006. Le Tadjikistan dont la population est d’origine iranienne a une frontière commune avec l’Afghanistan. Le commandant Massoud était  Tadjick.

Le Tadjikistan souhaite évidemment écarter la menace islamiste que représentent les talibans sunnites. Il accorda donc à la « coalition occidentale » le droit d’utiliser des aérodromes et les routes frontalières  mais sans pouvoir y installer de détachements permanents. La  France fut cependant autorisée à installer, à Douchambé, la capitale, une force spéciale de 200 hommes. En France, on n’en parla pas.  L’Inde fut autorisée à installer une base aérienne qui n’est sans doute pas utilisée par la coalition (l’Inde est membre observateur de l’OCS et cherche, dit-on, à ménager ses relations avec les talibans). Mais,  dans le même temps, les russes furent autorisés à installer, près de Douchambé,  leur 201ième base où séjournent 5000 hommes d’infanterie motorisée susceptibles d’aider les Tadjiks à surveiller leurs frontières. Rappelons que le  Tadjikistan est membre fondateur de l’OCS et y soutient la candidature de l’Iran.

Au Kazakhstan, situation  différente. La république Kazakh fut créée après la révolution de 1916 par l’URSS elle-même. Le territoire était habité par des populations généralement musulmanes sunnites. Staline en fit une terre de déportation, pour des tatars et des allemands, notamment. Plus tard, il décréta la mise en valeur des « terres vierges » consacrées à la culture du coton qui provoqua l’arrivée de nombreux volontaires. Plus tard encore, on y créa la base de Baïkonour et le polygone de Semipalatinsk consacrés aux activités nucléaires et spatiales. Puis on y découvrit des gisements pétroliers capables de rivaliser, disait-on, avec les gisements iraniens, et des gisements d’uranium qui représenteraient 17% des réserves mondiales. On comprend l’intérêt que portèrent au Kazakhstan un certain nombre de grandes sociétés, notamment américaines, comme Exxon qui essayèrent, avec un certain succès, de s’y implanter.

En 1990, le président Noursoulam Nazarbaïev venait d’accéder au pouvoir. Il y resta. En 2005 ( !) il est réélu pour sept ans !  Dans les années qui suivirent immédiatement la fin de l’URSS,  le président Nazarbaëv hésita avant de choisir entre l’occident qui lui aurait permis de prendre des distances avec la Russie et le monde russe qui ne discutait pas son mode, très personnel, de gouvernement. Il choisit finalement de devenir membre fondateur de l’OCS. Avec 15 millions d’habitants, il en est la troisième puissance. Au contraire du Tadjikistan, il n’a pas soutenu la demande d’adhésion comme membre fondateur de l’Iran, chiite alors qu’il est sunnite, plus peuplé, concurrent, pouvait-il croire, sur le plan de la fourniture de pétrole et de gaz car ses réserves avaient été initialement très surestimées.  En tout état de cause, Il n’y a pas eu de révolution colorée au Kazakhstan.

Le cas de l’Ouzbekhistan est lui aussi assez simple. Créé en 1924 au sein de l’URSS, il était peuplé de  musulmans sunnites. Pendant la seconde guerre mondiale de nombreuses familles russes, de l’Ouest, y avaient été réimplantées. Après la guerre, la culture du coton y avait été largement développée, au point d’en faire l’un des premiers producteurs mondiaux. Aucune tentative de révolution « colorée » n’y a vu le jour : Le gouvernement ouzbek, conscient du risque, avait contraint Georges Soros à fermer sa Fondation. L’Ouzbekistan compte parme les pays fondateurs de l’OCS.  En 2005, il ferme son espace aérien et ses aérodromes aux occidentaux.

En définitive,  la Russie n’a pas réussi à conserver le contrôle des républiques situées entre Caspienne et Mer Noire. Arménie, Géorgie et Azerbaïdjan se sont rapprochés de l’occident, même si celui-ci n’a pu limiter les initiatives russes en Géorgie et si l’Arménie conserve de bons rapports avec la Russie.  Mais, à l’Est de la Caspienne, seul le Turkménistan, un Etat peu peuplé, gouverné par un dictateur installé de longue date et, lui aussi, très riche en Hydrocarbures, a conservé son autonomie. En 2005, il déclarera ne vouloir accepter de bases militaires étrangères que si les intérêts des républiques voisines et de la Russie le permettaient.

Les révolutions « aux couleurs » ou « aux fleurs », bien que disposant d’un important soutien occidental,  n’ont pas eu tous les résultats escomptés. Les républiques  concernées, même l’Ukraine qui n’appartient pas à l’OCS, se sont finalement rapprochées du monde russe et asiatique. Le déroulement de ces révolutions a toujours été le même : Une opposition conteste l’élection d’un président et descend dans la rue. Dans un premier temps, des prétendants souvent proches des USA (études, mariages…), animent la contestation avec un certain succès. Certains sont élus (cas de l’Ukraine) puis la situation évolue et des responsables, souvent qualifiés de pro-russes, reviennent au premier plan.

A l’arrière-plan, une organisation souvent très efficace mise place par des mouvements contestataires pro-occidentaux. En Serbie, le mouvement étudiant OTPOR avait joué un rôle essentiel  dans le renversement de Milosevic. Ses militants auraient inspiré d’autres organisations, KMARA en Géorgie, Pora en Ukraine, Zubr en Biélorussie, Mjaft en Albanie…On dit aussi que l’Open Sociéty (OSI) financée par le milliardaire américain Georges Soros, avec  près de 30 fondations, la plupart dans les ex-pays communistes, serait intervenue à différentes reprises. L’Ouzbekhistan l’avait d’ailleurs, pour ce motif, contraint à quitter   son territoire. On doit enfin faire référence aux actions menées par la National Endowment for Democraty (NED), ONG américaine très proche des services officiels, qui inspirait et aidait à organiser ces révolutions « aux couleurs ou aux fleurs ». Au Kirghizistan, un reporter français, Manon Loizeau, a montré, dans un film documentaire, l’implication des USA   et celle de l’ONG Mike Stone de Freedom House dans l’organisation des manifestations lors de la « révolution aux tulipes »…Voir, à ce sujet,  les sites relatifs à la NED, à Manon Loizeau... Ils apportent des informations sur les financements de la NED et sur les 6000 organisations qui, de par le monde, la relaie. Pourquoi plusieurs de ces révolutions colorées ont-elles échoué ? Sans aller au fond du problème, on peut avancer trois types d’explications : Dans les républiques d’Asie Centrale, les islamistes se sont plusieurs fois joints aux contestataires, ce qui est apparu aux dirigeants en place comme un grave danger. Certaines de ces républiques n’ont d’ailleurs pas hésité, ensuite, à faciliter la tâche de la coalition occidentale en Afghanistan, sans, pour  autant, y participer directement. Les dirigeants de ces républiques, des autocrates sinon des dictateurs, ont rapidement compris que les occidentaux voulaient aussi les  pousser à mettre en place des systèmes démocratiques à l’américaine, l’un des grands objectifs  de la NED. Il y avait là, pour leurs propres systèmes, un nouveau risque qu’ils n’ont pas accepté. Enfin, ces républiques ont  rapidement compris qu’elles pouvaient  exploiter leurs richesses en hydrocarbures à leur profit, au  Kazakhstan et au Turkmenistan spécialement, sans laisser trop de place aux grandes sociétés occidentales.

 

L’Organisation de Coopération de Shanghaï (OCS) est maintenant connue du lecteur. RPC 51 examinera de façon schématique trois des grands problèmes qui se posent à l’organisation, à propos de l’énergie, en se limitant au pétrole, au gaz et au Charbon, à propos du partage des eaux issues du Tibet, à propos de la recherche d’une solution alternative au « tout dollar ». Nous n’avons pas intégré à ce qui précède le récit et l’interprétation des évènements qui viennent de se dérouler au Kirghizistan. Une nouvelle révolte populaire a chassé le président. L’une des interprétations possibles est qu’il n’aurait pas souscrit aux demandes de l’OCS de ne pas renouveler le contrat de location de la base aérienne de Manas aux USA. Si c’est exact, on peut considérer que cette affaire illustre le poids grandissant de l’OCS. Mais il est trop tôt pour conclure.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans chine

Commenter cet article

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 06/07/2011 18:28



Bonjour,


 


Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.


 


Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.


 


La Page No-29, THÉORÈME DU TIGRE.


 


BILL CLINTON, DSK et TIGRE ?


 


Cordialement


 


Clovis Simard



le blog d'echanges des névachais 14/05/2010 21:14



Depuis la diffusion de RPC50, les problèmes du Kirghizstan ont évolué. J'y avais fait allusion . On y voit maintenant un peu plus clair. La question était de savoir si la chute du président
Bakiev, maintenant réfugié en Bielorussie, pouvait être considéré comme un succès pour l'OCS ou pour les USA. Deux articles du monde des 4 et 14 mai 2010 apportent des éléments de réponse.


L'OCS souhaitait que bakiev négocie avec les américains leur retrait de la base aérienne de Manas, dans la banlieue de la capitale, Bischkek. Cette base joue un rôle important pour les américains
engagés en Afghanistan. Eait, le fils de bakiev, Maxim, avait organisé une vaste affaired etraffic de carburant pour ravitailler la base US de Manas. Il avait été quasiment acheté par les
services US. Les Bakiev n'avaient pas intérêt à un retrait des américains. C'est probablement la raison fondamentale de leur éviction. Donc, avantage à l'OCS ...pour l'instant.