Tibet

Publié le par liger

Je dois compléter le premier papier RPC 42 qui donnait une image de la Chine vue par son Premier Ministre par un second papier donnant des informations qui permettent de décrypter la question du Tibet. le occidentaux se sont emparés de cette affaire, et probablement partiellement suscité avec rage. Pourquoi ? Souvenir de voyage au Népal plutot  qu'au Tibet ? Prestige d'un Dalaï Lama qui a sans doute de grandes qualités humaines ? respect, voire engouement pour un boudhisme dont les occidentaux n'ont qu'une vision idyllique, mais qui séduit ?... sans doute. D'ailleurs, soyons honn^te avec nous-mêmes, nous avons été  très nombreux à  déplorer la façonj dont, en 1959, au temps de la révolution culturelle, l'Armée Populaire a submergé la province autonome du Tibet, détruit les temples et sans doute tué nombre de moines. Mais cette accès de folie n'a pas concerné que le Tibet ,mais toute la Chine. La plus grande partie des victimes de la révolution culturelle ne sont pas tibétaines mais chinoises.

Qui se souvient aujourd'hui de la révolution culturelle et de ses excès ? Les plus vieux d'entre nous peut-être, cela fait près de cinquante ans déjà. Les jeunes générations ont sans doute oublié, en admettant qu'elles en aient ,un jour, entendu parler.  Pour ce qui concerne le Tibet, les choses sont différentes. Le Dalaî  lama de l'époque vit toujours. C'est celui que nous connaissons. Les occidentaux l'ont pris en charge, l'ont aidé à se réinstaller à Darmsala, sur la frontière indienne. D'aucuns racontent comment la CIA a pendant plusieurs années (jusqu'à quand ?) entretenu, équipé, payé, des insurgés pour entretenir une menace sur le Tibet devenu communiste.
Pendant ce temps, le Dalaï Lama parcourait le monde pour défendre la cause tibétaine et persuadait, à son corps défendant peut-être, la fiction, car il s'agit bien d'une fiction, d'un tibet se libérant du régime de la République Populaire de Chine, pour retrouver une indépendance qu'elle n'avait jamais connu. En ce mois de jullet 2008, la revue "La vie" présentait la rencontre attendue du Pape benoît XVI et du Dalaï Lama comme la rencontre de deux chefs d'Etats, ce qui est faux mais contribue à entretenir la fiction. J'ai écrit au journal pour faire une mise au point. La responsable du courrier des lecteurs m'a répondu qu'il fallait comprendre le droit des peuples à l'autodétermination !  Je ne comprends pas une telle réponse, sauf à vouloir créer des problèmes; les tibétains sont au plus 3 millions, les chinois; 1,5 milliard. D'ailleurs le Dalaî Lama lui-même ne demande pas un référendum sur l'indépendance du tibet, seulement une amélioration de l'autonomie de la région. Les tibétains ne sont pas assujettis, aujiourd'hui à toutes les règles imposées au chinois, par exemple l'enfant unique. En l'occurrence, "La Vie" est plus indépendantiste que les tibértains eux-mêmes, en admettant que beaucoup de tibétains souhaitent retrouver le servage qu'ils devaient supporter avant la révolution culturelle.

Publié dans chine

Commenter cet article